MOOC ‘Du manager Agile au designer leader’ – semaine 2 – Digitaliser le management

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Suite des cinq billets dédiés au MOOCDu manager Agile au designer leader‘ (ou ‘From an Agile manager to a designer leader’, il est traduit en version anglaise) avec ce deuxième post consacré à la semaine 2 : ‘Digitaliser le management‘.

Vous pouvez aussi (re)lire mes notes concernant la semaine 1 ‘Le métier de manager’.

I) Nouveaux rapports au temps

Tous les secteurs d’activité sont concernés par la transformation numérique, mais celle-ci se réalise plus ou moins vite suivant la maturité de l’entreprise. Cette transformation est indispensable car de nouveaux concurrents nés avec internet remettent en cause les positions de leader des organisations traditionnelles.

Par exemple, alors que les flux d’informations submergent les entreprises, Netflix a su monétiser cette accumulation, en appliquant les outils du Big Data à ses données clients pour déterminer le contenu de sa série à succès House of Cards. Autre exemple, l’entreprise Zara a su s’imposer comme un leader, parce que l’adaptation à l’instabilité de l’environnement économique faisait partie de son ADN.

La conclusion est claire : dans un environnement économique devenu « VUCA » (volatile, incertain, complexe et agile), les acteurs appelés à se développer sont ceux pour lesquels gérer la volatilité et l’incertitude n’est pas un problème, mais une force.

De plus, le numérique a une influence sur le manager. Il modifie ses usages (par exemple, aller sur l’intranet et voir qui, dans l’équipe, a posé ses congés en ligne), ses outils (utiliser son Ipad pour visualiser des data) et ses compétences (appartenir à une communauté d’experts en ligne à partir d’un site spécialisé).

Enfin, le digital change notre rapport au lieu, à l’espace et surtout au temps : tout va plus vite (rythme accéléré), il faut apprendre à gérer un flux continu d’informations (temps subi), être efficace lors de réunions synchrones avec des personnes du monde entier (un seul temps), optimiser son temps dans les transports par exemple.

 

L'évolution du digital
L’évolution du digital

 

Le digital concerne tous les secteurs, et pas seulement ceux liés à la connaissance et à l’informatique.

 

II) Nouveaux rapports au travail

Le digital fait évoluer les repères du monde du travail

On attend du collaborateur qu’il communique sur le sens donné à ses missions, qu’il soit reconnu autant pour ses performances que pour son influence interne et externe, qu’il optimise les frontières vie professionnelle – vie privée, même si celles-ci deviennent perméables, que son apprentissage intègre une dimension expérientielle, qu’il maîtrise des outils pour traiter et diffuser l’information et s’interroge sur le bon outil de communication.

digital transformation
Source: https://www.linkedin.com/pulse/digital-transformation-accelerating-process-business-gollamandala

Le digital a un impact direct sur 60% des métiers

selon P. Bellanger : des métiers disparaissent et d’autres apparaissent dans les services. La création de nouveaux métiers concernent, pour l’instant, cinq domaines particuliers : l’état, la production, la santé, l’éducation et la connaissance, selon G. Babinet. Le rôle du manager consistera à anticiper les transformations des métiers avec les collaborateurs et à les aider à acquérir suffisamment de nouvelles compétences pour se repositionner sur de nouveaux métiers.

Le rôle du manager

sera d’inculquer une culture digitale, de nouvelles formes de travail (comme les méthodes Scrum ou ‘Lean startup‘) et de prendre en compte les questions en suspens :

  • Quels sont les droits et les devoirs du collaborateurs face aux pratiques digitales ?
  • Comment repenser en amont un processus de recrutement ?
  • Comment valoriser des formations, comme ce MOOC, réalisées sur internet et sur son temps de travail ?
  • etc.

En résumé : pour accompagner les collaborateurs dans cette transformation digitale, le manager devra leur inculquer une nouvelle culture, les accompagner dans l’acquisition de nouvelles compétences liées au digital et à la possible transformation de leur métier, car tout métier peut se transformer ou disparaître rapidement, et il initiera également de nouvelles méthodes de travail.

 

III) Nouveaux comportements

La culture digitale se décline autour de 5 compétences :

  1. Oser la différence
  2. Gérer l’information
  3. Penser “data”
  4. Générer du contenu
  5. Travailler collaborativement
digital is changing skills
Source: http://minutehack.com/opinions/how-to-create-a-digital-mindset-in-your-business

1. Oser la différence

La première compétence digitale est « oser la différence ». Cela signifie identifier son talent, au sens de Maurice Thévenet « combinaison rare de compétences rares » afin de le faire reconnaître (élaborer sa ‘personal branding‘) et de le faire promouvoir par ses communautés au sein de l’entreprise ou à l’extérieur.

Autre exemple, les décisions reposent sur l’avis des communautés avec le digital. Par exemple, pour lancer un produit, il était d’usage de le concevoir en mode laboratoire, de faire un marché test et de le lancer. Les entreprises digitales fonctionnent sur le mode inverse :

  • identifier des communautés de clients potentiels
  • questionner sur les meilleures caractéristiques du produit à lancer
  • vendre le produit sur internet
  • si les ventes sont suffisantes, le produire à grand échelle

2. Gérer l’information

La deuxième compétence digitale consiste à « gérer l’information ». Il s’agit d’identifier quelques outils pour trouver l’information pertinente, la stocker, la filtrer et la diffuser.

3. Penser “data”

La troisième compétence est « penser data ». Les données générées sur internet ou intranet fournissent des informations précieuses au manager s’il sait utiliser des outils (comme Piwik ou Google Analytics) qui lui permettent de les interpréter.

4. Générer du contenu

La quatrième compétence est « générer du contenu ». Le rôle du manager sera de créer de la valeur ajoutée à partir de l’information reçue en apportant des éléments d’analyse, de comparaison, de contextualisation, de communication et de diffuser cette information enrichie aux bons interlocuteurs.

5. Travailler collaborativement

La cinquième compétence est « travailler collaborativement ». Les personnes qui ont totalement intégré la culture digitale s’inscrivent naturellement dans un mode de partage avec les individus et les groupes. Elles diffusent leurs savoirs et sont dans une logique d’apprentissage permanent. Le collectif les motive et représente un lieu d’apprentissage.

En conclusion, le manager doit également se penser comme un « community manager » au sens de valoriser les informations ou pratiques de chacun de ses collaborateurs, de faire circuler les bonnes informations et d’initier des communautés en dehors de celle de son équipe.

 

IV) Nouveau style de management

Le manager doit faire évoluer ses missions, son mode de contrôle. Il doit repenser les nouveaux leviers de motivation et mettre en place un mode de management fondé sur le collaboratif.

Collaborative people
Source: https://www.flickr.com/photos/26126239@N02/30262333506

 

Une fois la culture digitale ancrée, il pourra déployer des outils comme une charte digitale (sur les droits et les devoirs), une académie digitale (formations internes en entreprise, qui peuvent être partagées entre plusieurs organisations et forment à la culture digitale) valorisant des formations dans ce domaine, du reverse-mentoring pour faire prendre conscience par l’expérientiel de ce que le digital change.

Le manager a également une responsabilité par rapport à l’organisation en donnant des preuves aux dirigeants de l’impact du digital sur les relations clients et fournisseurs, en leur faisant prendre conscience des changements d’usage.

A l’ère du digital, la DRH de Google expliquait que le leader est avant tout collaboratif. Il ne s’agit plus seulement d’être un meneur d’hommes mais plus un « valorisateur » d’individualités.

Related posts:

3 thoughts on “MOOC ‘Du manager Agile au designer leader’ – semaine 2 – Digitaliser le management”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *